Menu

Sandrine Roche, direction artistique

Je cherche, travaille, écris, sur le rapport physique que l’homme entretient au monde ; sur la marge de manœuvre singulière et autonome dont l’individu dispose au sein d’une communauté ; sur les limites et paradoxes des libertés individuelles et collectives. Ce questionnement conduit à la recherche d’une forme théâtrale qui donne pleinement la mesure de la violence et de la force physique de la langue, qui la mette en abîme, l’interroge…


Sandrine Roche est autrice, comédienne et metteuse en scène .

Elle étudie les sciences politiques en France et en Italie avant de devenir chargée de production. Elle s’installe à Bruxelles en 1998 et intègre l’école de théâtre Lassaad, à l’issue de laquelle elle devient comédienne. En 2001, le metteur en scène Barthélémy Bompard lui commande le texte Itinéraire sans fond(s) (bourse Beaumarchais) qu’il crée en 2003 à la Scène nationale d’Annecy et dans lequel elle joue. C’est ainsi qu’elle commence à écrire pour le théâtre, tout en continuant à jouer.

Elle cofonde en 2003 le collectif La Coopérative des Circonstances, qui investit trois espaces du Parc de la Villette, à Paris, puis les galeries souterraines de Tour & Taxis à Bruxelles. Elle collabore aux mises en scène bruxelloises d’Amanda Kibble (Ratoon compagnie) et Christophe Morisset (compagnie du Cuivre) ; rencontre le compositeur Rodolphe Minuit avec qui elle crée Rosa, trio à trois, en tant qu’autrice, interprète et trompettiste.

En 2005, elle reçoit la bourse découverte du Centre national du livre pour Reducto absurdum de toute expérience humaine (premier volet de la trilogie Ma langue !), puis l’aide à la création du Centre national du théâtre en 2007 pour Carne, pièce à mâcher lentement, premier opus du diptyque La Permanence des choses, essai sur l’inquiétude, qu’elle met en scène en 2009. Le second opus,Yèk, mes trois têtes, est diffusé fin 2014 par France Culture dans une réalisation de Cédric Aussir.

En 2010, elle s’installe à Rennes où elle commence une série d’ateliers de création avec des enfants au Théâtre du Cercle à Rennes, qui donneront naissance au texte Neuf Petites Filles, Push & Pull, lauréat des Journées de Lyon des auteurs de théâtre et publié aux éditions Théâtrales en 2011, créé en 2014 par Philippe Labaune (à la Mousson d’été et au Nouveau Théâtre du 8e) et Stanislas Nordey (au TNB et au Théâtre de la Ville). Elle termine en 2012 l’écriture d’Un silence idéal, deuxième volet de la trilogie Ma langue ! – puis, à la demande du marionnettiste Luc Laporte - de Ravie, une adaptation de La Chèvre de Monsieur Seguin, publié aux éditions Théâtrales dans la collection « Théâtrales Jeunesse » en 2014. S’ensuivent Des cow-boys, Mon rouge aux joues, variations chromatiques sur le Petit Chaperon Rouge, et Feutrine, dernier volet de la trilogie Ma langue !, terminés tous trois en résidence à La Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon.

En 2015, à l’occasion de la création brésilienne de Neuf Petites Filles, elle a été invitée à écrire en résidence à Rio de Janeiro par le Consulat de France au Brésil. Elle co-écrit avec Sylvain Levey, Catherine Verlaguet, Philippe Gauthier et Marc-Antoine Cyr le feuilleton théâtral Dilun commandé par le Très Tôt Théâtre à Quimper, en collaboration avec l’Orchestre symphonique de Bretagne (création 2016, Opéra de Rennes). En 2015/2016, elle est l’un des trois auteurs (avec Stéphanie Marchais et Philippe Malone) à participer au dispositif « Partir en écriture » initié par le Théâtre de la Tête Noire à Saran. Elle écrit Je/Manifeste (essai sur la motte) suite à son voyage en Islande.

Elle co-signe avec Marion Aubert le livret de H to H, opéra contemporain sur les figures de Nina Hagen et Michel Houellebecq, représenté en juillet 2016 dans le cadre des Rencontres d’été de La Chartreuse. Elle termine en 2017 La gesticulation des vivants (petites tragédies dansées) commande de la Caravane Compagnie (création 2018), le conte LA VIE DES BORD(e)S (la Fleur, le Caillou et le bûcheron) qu’elle créera avec sa compagnie en 2018, La Disparition des Hippocampes, commande de la cie du Réfectoire pour le projet Si j’étais Grand (création et publication mai 2018) et POUR TOM, commande de l’Académie de Seine et Marne pour Le Livre de l’Académie 2018. Elle travaille actuellement à l’écriture de Rrroâarrrr !, une adaptation opératique jeune public du Livre de la Jungle de Kippling pour la cie Eclats (Bordeaux), un projet romanesque, Le Relief, lié à ses résidences islandaises et brésiliennes, et mène depuis 2016 une recherche autour des croyances (projet CROIZADES), dont l’aboutissement littéraire et de plateau est prévue pour l’été 2022.

Sandrine Roche a créé en 2008 l’association Perspective Nevski*, avec laquelle elle réalise un travail de plateau autour de son écriture : La Permanence des choses, essai sur l’inquiétude, en 2009 ; Je suis la sœur unique de mon chien et autres gâteries… en 2010 ; Carne, partition pour voix, cordes et samples, en 2011 ; Neuf Petites Filles, une performance solo, en 2012 ; Ravie, en 2014 ; Des Cow-boys, 2015/2016 ; La VIE DES BORD(e)S 2018 ; CROIZADES, 2021).

Elle est conseillère dramaturgique à La Chartreuse (Villeneuve-lez-Avignon), auprès de Catherine Dan, depuis septembre 2017.

En savoir + sur les TEXTES de Sandrine Roche et les publications aux éditions Théâtrales