Menu

Créations

LA ZIZANIE

Le nom « zizanie » désigne initialement une mauvaise herbe (ainsi que l’ivraie) d’où l’expression « semer la zizanie » c’est-à-dire la mésentente, les causes de discorde et de désunion…

La Zizanie est un projet de réensauvagement du duo electro-pop Nina Fisher (Elisabeth Gilly, Pierre Boscheron) & de l’association Perspective Nevski* (Sandrine Roche).

L’idée de la collaboration est née d’une discussion informelle entre Elizabeth Gilly, Pierre Boscheron et Sandrine Roche autour de la question du jardinage… De là a surgit l’envie, le désir, le souhait, de travailler ensemble sur la notion de mauvaise herbe. Le projet s’inscrit à une croisée de chemins, entre concert, installation et performance. Avec comme axe de recherche principal le bruit des mots : travailler la langue et sa représentation sous toutes ses formes pour laisser pousser, de façon sauvage et naturelle, un objet unique dans le parcours des deux groupes.
La mauvaise herbe est une notion particulière, puisqu’elle ne se définit pas par elle même, mais par opposition à la bonne herbe. Elle est par essence en contradiction ; on cherche à l’éliminer.
Elle se plait à pousser n’importe où, surtout là ou on ne l’attend pas ; elle revêt des formes étranges, biscornues ; elle pique ou elle gratte ; on lui reproche d’étouffer les bonnes herbes, celles dressées selon un schéma et un ordonnancement appropriés ; elle porte un préjudice économique certain. En un mot, elle affecte, puisqu’elle est par essence indomptable, incontrôlable, la preuve irréfutable de la puissance de la nature.
Or, ce qui nous intéresse dans le concept de mauvaise herbe, c’est sa résistance à l’intérieur même d’un système, sa capacité à créer des brèches, des espaces indéfinissables, sans pour autant chercher à éliminer le macro système dans lequel elle s’épanouit. Elle est en marge, certes, mais elle n’est pas en dehors. Elle vit naturellement dans un environnement dont elle se nourrit, et qu’elle nourrit en retour. Elle est donc utile, jusqu’à ce que pour des raisons principalement économiques, culturelles, productivistes… on décide du contraire.

DISTRIBUTION
Textes : Elisabeth Gilly et Sandrine Roche
Sons, bruitages, musiques : Pierre Boscheron et Nina Fisher
Mise en forme scénique : Nina Fisher et l’association Perspective Nevski*
Avec : Pierre Boscheron, Elisabeth Gilly, Sandrine Roche
Communication : Isabelle Planche
Administration, Production : Véronica Gomez Iparraguirre

Production :
association Perspective Nevski * et Nina Fisher
Co-productions (en cours)

Télécharger ICI le dossier artistique de la création

CALENDRIER PRÉVISIONNEL

• juillet 2015 : Listhus, Olafsjordur (Islande)
10 jours de résidence de recherche de Sandrine Roche, dans le cadre du programme « Partir en écriture » initié par Le Théâtre de la Tête Noire (Saran)

• octobre 2015 : Rio de Janeiro (Brésil)
2 semaines de résidence d’écriture de Sandrine Roche dans le cadre du projet « Saxifrage », en partenariat avec le Consulat de France au Brésil

• février et mai 2016 - Théâtre du Cercle (Rennes)
2 semaines de résidence de recherche d’Elisabeth Gilly et Sandrine Roche.

• mai 2016 – Confluences (Paris)
Rencontres, débats, récolte de paroles. Avec : Marie José Mondzain (philosophe), Gilles Clément (jardinier-paysagiste), Sébastien Thiery (politologue) , Julie Sannier (chargée de mission biodiversité), Jean-Philippe Poirée-Ville (architecte-paysagiste), Olivier Tranchard (jardinier-botaniste).

• janvier 2017 - Théâtre du Cercle (Rennes)
10 jours de résidence scénique : premières expérimentations de plateau

• février 2017 - La Lutherie Urbaine (Paris)
10 jours de résidence : recherche textuelle et musicale

• avril 2017 - La Chartreuse (Villeneuve-lez-Avignon)
15 jours de résidence : finalisation du texte et présentation du travail en cours

• octobre-novembre 2017 (en cours)
résidence de création

• janvier-février 2018 (en cours)
création

Nous recherchons des partenaires pour les temps de résidence et de présentation.