Menu

CroiZades (JoZef & Zelda)

Croizades (Jozef&Zelda) est le deuxième volet du projet Croizades, reflexion textuelle et de plateau sur les croyances.
Ce second opus est destiné à la jeunesse (9-13 ans)

Nous sommes en 2015 ; Zelda et Joseph ont 6 ans ; ils sont en CP.
Joseph aime le foot, et Zelda les princesses. Alors ils jouent au foot en robes de princesses, ou aux princesses avec des ballons de foot. Ils préfèrent la nature à la ville, adorent les fleurs de cerisiers, le Barça de Cristiano Ronaldo, La Reine des Neiges, les paillettes, ont des amoureux/amoureuses secrets/secrètes, croient en Zeus, Hades, Boudha, Dyonisos, Napoléon, et en Dieu, car « ils vivent tout le temps, et sont les plus forts au monde ». Ils ont déjà vu « un bout du Père Noël » mais jamais la petite souris, ni les lapins de Pâques. Ils détestent la mort, le feu, les méchants, et les bisous sur la bouche. Zelda et Joseph discutent beaucoup, tout le temps, souvent en dessinant. Et moi, je les écoute. En cette année 2015, leurs discussions sont tournées vers tout ce qui se réfère à la croyance. Car « croire, ça fait qu’on vit mieux », affirment-ils.
Je les interview, puis décide d’aller interroger d’autres enfants, pour essayer de comprendre tout ce que contient ce mot « croire », tenter d’en cerner les contours. S’ensuivent quatre années de rencontres avec des classes de primaires, des collégiens, des lycéens, et des familles.

CROIRE vient de confiance, se fier à. Pendant quatre ans, nous nous confions, pour mieux nous confronter.
Tandis que nous discutons, le monde bouge, et bouscule beaucoup de nos certitudes. Après la vague d’attentats de 2015, nous assistons à la médiatisation généralisée de grands mouvements migratoires, et les peurs et replis nationalistes concomitants : qui sont donc les bons migrants, ceux qui ne viennent pas diffuser leurs mensonges et croient à notre vérité ? Puis explosent les manifestations du printemps 2016, contre une loi travail qui saccage moult croyances sur ce que signifie « gagner son pain » ; les désillusions étudiantes sur la croyance égalitaire de l’accès au savoir ; le saccage d’une ZAD et la France divisée sur la croyance écologique, la propriété, le droit à disposer de l’espace ; l’élection de Donald Trump aux Etats Unis, Jair Bolsonaro au Brésil ; la France maltraitée et divisée sur les bons et mauvais gilets jaunes, jusqu’à l’arrivée de la Covid 19 … et la croyance en l’humanité qui s’effondre.
Je fais entrer l’actualité française et mondiale dans les débats d’idées, je frotte le Père Noël et la petite souris aux migrants, à la question du genre, aux élections… Nous dessinons puis dansons les mots, mettons en mouvement notre pensée pour comprendre ce qu’une émotion fabrique dans notre corps. Nous créons des agoras pour défendre nos convictions, en slamant, en rappant, en chantant, à l’aide de manifestes individuels et collectifs. Nous inventons des Battles de croyances. Nous jouons avec notre réalité et nos fantasmes, pour s’inventer une histoire, un langage, une nouvelle façon de penser.

Je me retrouve avec une matière folle, impossible à contenir dans une seule pièce. J’opte alors pour un diptyque qui fonctionnerait en miroir. Un premier volet, pour les adultes, écrit à partir d’un point de vue d’enfants, et un second volet, pour les enfants, écrit selon mon point de vue d’adulte, chacun des opus comblant les ellipses de l’autre, ou les éclairant de façon inattendue.

Le point de départ , c’est le jeu. Avec le langage d’abord, comme aiment le faire les enfants, qui s’inventent des histoires en détournant les mots, leurs sons, leurs sens. La pièce se déploie à la manière d’un jeu de construction, comme une suite de légos ou de kapla, chaque mot étant conçu comme une grotte, un espace secret, prétexte à un nouveau plongeon dans l’inconnu, le début d’un nouveau chemin. CroiZades pratique la magie langagière comme déploiement de l’imaginaire. On y prône le zozotement pour mieux s’y perdre, et continuer à jouer. Jozef et Zelda s’inventent et se réinventent au fur et à mesure de l’histoire qu’ils déroulent. Ils reformulent le quotidien en y insufflant tout ce que leur univers enfantin leur permet. Leur croiZade, c’est l’invention d’un monde sans début ni fin. Une histoire en route, dans laquelle tout est permis.

Pour mettre en scène ce joyeux monde onirique, nous prévoyons une forme scénique essentiellement basée sur le jeu d’acteur, et animée par 2 quatuors en alternance : 3 comédien.ne.s / 1 musicien.

Distribution
Texte et mise en scène : Sandrine Roche
Collaboration artistique : Lucia Trotta
Avec Guillaume Saurel, musicien, créateur sonore
et, sous forme de trios en alternance :
- Marion Bajot, comédienne / Silvia Cimino, comédienne et danseuse / Pedro Cabanas, comédien
- Leila Brahimi, comédienne /Sophie Mangin, comédienne et plasticienne / Alexandre Théry, comédien et danseur

Administration : Fanny Du Pasquier
Production et diffusion : Charlotte Laquille
Communication : Isabelle Planche

Production en cours

CALENDRIER DE CRÉATION PREVISIONNEL
-  Mars 2022 : résidence d’écriture de Sandrine Roche – Le Pôle - Saison Armand Gatti (La Seyne-sur-Mer) / finalisation du texte. 12 heures d’ateliers d’écriture avec une classe de CM2, à partir de la phrase « T’y crois, toi ? ».
-  Novembre 2022 : résidence 9 jours - lecture du texte / mise en place du protocole de jeu.
au Train Bleu (Avignon) - (en cours)
-  Décembre 2022 : résidence à La Fabrique Mimont (Cannes) / création musicale
-  Hiver 2023 : 5 jours de résidence Quatuor 1 / Train Bleu (Avignon) + 5 jours de résidence Quatuor 2 (en cours)
-  Printemps 2023 : : 5 jours de résidence Quatuor 1 / Train Bleu (Avignon) + 5 jours de résidence Quatuor 2 (en cours)
-  Automne 2023 : 6 jours de résidence au Périscope (Nîmes) / quatuor 1
-  Hiver 2024 : 6 jours de résidence plateau / quatuor 2 - au Train Bleu (Avignon ) - (en cours)
-  Printemps 2024 : 7 jours de résidence finale / création

Diffusion saison 2024-2025 en cours.